Untitled

Comité Consultatif Scientifique

CanCURE est guidé par un comité consultatif scientifique composé de cinq scientifiques de renommées internationales qui sont des chefs de file en matière de recherche fondamentale et clinique sur la guérison du VIH. 

Eric J. Arts, PhD

Professeur et Directeur, Département de Microbiologie et Immunologie, Schulich School of Mecidine & Dentistry, Université Western, London, On, Canada
Directeur, Laboratoires ougandais du CFAR

 

Le Dr Eric J. Arts est directeur du Département de microbiologie et immunologie de la Western University à London, au Canada. Il a occupé précédemment un poste de professeur à la Division des maladies infectieuses et au Département de biologie moléculaire et microbiologie à la Case Western Reserve University (CWRU) School of Medicine à Cleveland, dans l’État de l’Ohio, aux États-Unis. Il a reçu un baccalauréat avec distinction honor(1990) de l’University of Western Ontario, suivi d’un doctorat (1994) de l'Université McGill à Montréal, au Canada. Avec le support de bourses de recherche doctorale et postdoctorale octroyées par Santé Canada, il a publié plus de 25 articles de recherche avec son directeur de thèse, le Dr Mark Wainberg au Centre SIDA McGill et avec son directeur postdoctoral, le Dr Stuart F.J. LeGrice à CWRU. Ses travaux de recherche des 16 dernières années ont été axés sur l’aptitude (fitness), l'évolution et la virulence du VIH-1 en ce qui a trait à la transmission, la progression de la maladie, l’évasion immunitaire, la résistance aux drogues et la propagation mondiale du VIH. Depuis 1998, il a dirigé les laboratoires du CFAR au Centre de recherche clinique conjoint (CFAR Laboratories at the Joint Clinical Research Centre) à Kampala, en Ouganda, et a collaboré avec des chercheurs au Zimbabwe, en Chine, au Cameroun, au Canada, en Belgique, au Royaume-Uni, en France, au Brésil et en Argentine. Cette recherche a été soutenue par des subventions du NIH (NIAID, NICHD et NHLBI), de l'État de l'Ohio, de Merck et de l'amfAR. Il a été président et membre du comité de subvention AIDS Drug Discovery and Therapeutics du NIH et a révisé des subventions pour de nombreux gouvernements à travers le monde.

Michael M. Lederman, MD

Professeur de médecine Scott R. Inkley 

Professeur de Pathologie, Microbiologie, Biologie moléculaire et éthique biomédicale

School of Medicine, Case Western Reserve University, Hôpitaux Universitaires/Centre medical Case

Cleveland, OH, United States

 

Le Dr Michael M. Lederman a obtenu son baccalauréat en biologie à Brandeis University et son doctorat en médecine au Mt. Sinai School of Medicine. Il a été formé en médecine interne à Case Western Reserve University, aux hôpitaux universitaires de Cleveland et au VA Medical Center, où il a été résident en chef en médecine et a complété une formation en recherche sur les maladies infectieuses. Il a reçu une formation postdoctorale en immunologie cellulaire dans le laboratoire du Dr Jerrold Ellner et a joint la faculté à Case en 1980. Le Dr Lederman a été impliqué dans la recherche sur le VIH/sida depuis que lui et le Dr Oscar Ratnoff ont décrit et caractérisé pour la première fois en 1983 l'occurrence d'un déficit immunitaire lié au sida chez les hommes atteints d'hémophilie autrement en bonne santé. Il est l'auteur de plus de 300 publications scientifiques révisées par des pairs axées en grande partie sur les mécanismes par lesquels l'infection par le VIH induit un déficit immunitaire et sur les stratégies pour le corriger et le prévenir. En 1985, le Dr Lederman a créé l'Unité spéciale d'immunologie (Special Immunology Unit) aux hôpitaux universitaires de Cleveland, qui fut la première clinique dédiée au VIH dans le nord de l'Ohio. En 1987, il a créé l’AIDS Clinical Trials Unit à Case/Hôpitaux universitaires et au sein du réseau national de ces unités, l’AIDS Clinical Trials Group (ACTG), il a créé et dirige le réseau des Laboratoires de support en immunologie (Immunology Support Laboratories) qui permet la surveillance immunologique des essais nationaux de traitement du VIH. Lors de la réorganisation plus récente de l’ACTG, il fut élu président de l’Inflammation and End Organ Disease Transformative Science Group qui est en charge de cibler les complications morbides de l'infection par le VIH liées à l'activation immunitaire et l'inflammation. Le Dr Lederman est un membre de l’Association of American Physicians, l'American Association of Immunologists, l’Infectious Diseases Society of America, l'HIV Medicine Association et est un fellow de l'American Association of Microbiology et l'American Association for the Advancement of Science. Il fait partie des comités de rédaction de plusieurs revues de recherche et est membre du comité consultatif scientifique pour le Forum pour la recherche collaborative (Forum for Collaborative Research) et pour l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS).

Guido Poli, MD

Professeur and Chef,

Unité de recherche sur l'immunopathogénèse du SIDA, Département d'immunologie, Transplantation et Maladies infectieuses, 

École de Médecine de l'Université Vita-Salute San Raffaele & Institut de Recherche Scientifique San Raffaele, Milan, Italy

 

Le Dr. Guido Poli est né en 1957, diplômé de médecine en 1982 et a obtenu sa spécialisation en oncologie en 1985 à l’école de médecine de l’Université de Ferrara en Italie. Il a débuté sa recherche sur le VIH en 1984 au sein du Laboratoire d’immunologie humaine sous la direction du Dr. Alberto Mantovani à l’Institut de recherche en pharmacologie ‘Mario Negri’ de Milan, Italie, contribuant ainsi à la première description de la perturbation de l’immunité innée durant l’infection par le VIH. En 1986, il a joint le Laboratoire d’immunoregulation du NIAD, NIH, dirigé par Anthony S. Fauci, où il a orienté ses recherches sur le rôle de l’interféron et des cytokines comme régulateurs de la latence et de la réplication virale. Pour ses contributions, il a reçu le Prix du Mérite du NIH en 1992. En 1994, il est retourné à Milan, Italie, pour occuper la position de Directeur de l’unité d’immunopathogénèse du VIH à l’Institut Scientifique San Raffaele de Milan, et a reçu le prix ESCI (European Society for Clinical Investigation) en 1999. En 2002, il est devenu Professeur associé de pathologie à l’Université Vita-Salute San Raffaele de Milan. En 2014, il a été nommé Professeur adjoint de l’Institut de Virologie Humaine à l’école de Médecine de l’Université du Maryland, Baltimore. En 2015, il a été promu Professeur titulaire de Pathologie à l’Université Vita-Salute San Raffaele de Milan. Depuis 2008, il coordonne la section d’immunologie générale et appliquée du programme de doctorat de médecine moléculaire (http://www.unisr.it/phd/eng). Il a reçu de nombreuses subventions dont plusieurs demandes EC-FPS (FP6 AVIP, NEAT, Europrise), et agit en tant que coordinateur du programme “GISHEAL” portant sur la génétique et l’immunologie des groupes VIH+ non-progresseurs à long terme (HIV+ long term nonprogressors, LTNP) – et il a participé au projet FP7 “AIM-HIV”. Il est, ou a été, Éditeur associé de différent journaux scientifiques, incluant The Journal of Immunology et AIDS. Il est l’auteur de 161 articles scientifiques et 94 revues de littérature, éditoriaux ou chapitres de livre pour un facteur d’impact totalisant plus de 1,200 et un h-index de 52 (source: ISI) - 

Guido Silvestri, MD

Spécialiste éminent en pathologie comparative, Georgia Research Alliance

Professeur de pathologie et médecine de laboratoire, School of Medicine, Emory University

Chief, Division de Microbiologie & Immunologie

Yerkes National Primate Research CenterAtlanta, GA, États-Unis

 

Le Dr Guido Silvestri a obtenu son doctorat en médecine à Ancône, en Italie, et a complété sa résidence en médecine interne et immunologie clinique (Florence 1990) ainsi qu’en pathologie (U. Penn 2001). Depuis 1993, le Dr Silvestri a été impliqué dans des études de pathogenèse, de prévention et de thérapie du sida, principalement en utilisant des modèles de primates non-humains infectés par le virus de l'immunodéficience simienne (VIS) et par le virus de l'immunodéficience simienne/humaine (VISH). Il a porté une attention particulière à des études comparatives d'infection de primates par des lentivirus pathogènes et non pathogènes. Le Dr Silvestri est actuellement chercheur principal pour de nombreuses subventions du NIH, y compris un prix R37 MERIT award, et est impliqué dans les études du Consortium for AIDS vaccine chez les primates non humains et du CHAVI-ID. Il est l'auteur ou le coauteur de 178 publications révisées par des pairs dans ce domaine, y compris dans des revues à grand impact (Cell, Science, Nature, Nature Medicine, etc.). Son travail a été cité plus de 10 000 fois et a été présenté en séances plénières lors de toutes les grandes conférences sur le VIH/sida (CROI, IAS, Keystone, etc). Le Dr Silvestri est un éditeur du Journal of Virology, un éditeur adjoint de PLoS Pathogens, ainsi qu’un ancien éditeur du Journal of Immunology. Il fait également partie du comité éditorial du Journal of Infectious Diseases, et de Clinical Microbiology Reviews. Il a été président ou membre permanent de plusieurs sections d’études au NIH, aux IRSC, à l'ANRS, à l’amfAR et à la Commission européenne. Il est membre du comité scientifique de la Conference on Retrovirus and Opportunistic Infections (CROI), de l’International AIDS Society (IAS) Scientific Working Group on HIV Cure et a été coprésident de la 6e Conférence internationale sur le sida (International AIDS Conference) à Rome, en juillet 2011.

©2019 CanCURE

Follow

  • https://twitter.com/cancurehiv
  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White LinkedIn Icon