Untitled

Nouvelle publication du Codirigeant du Thème 2 de CanCURE, Jérôme Estaquier

December 2, 2019

L’introduction de médicaments antirétroviraux combinés (ARVc) dans le traitement de l’infection à VIH dans les années 90 a radicalement modifié le cours de l’évolution de cette pathologie. Toutefois, la persistance de l'ADN viral au sein des cellules de l’hôte représente l'un des principaux obstacles à l'éradication du virus, associée à une inflammation chronique. Tel l’Hydre de Lerne chaque cellule, chaque tissu, représente en soi un combat pour éliminer le virus hébergé, mais qui à chaque interruption de thérapie renait de ces sanctuaires.

 

Céramique montrant l’Hydre de Lerne, figurée par un serpent aux multiples têtes, et son combat qui l’oppose à Héraclès.

 

Dans ce contexte, et du fait de la dissémination précoce du virus au sein de l’organisme, nous avons recherché ces sanctuaires cellulaires et tissulaires en se focalisant sur les lymphocytes T CD4, ciblent du VIH. Ainsi, nous avons administré, dès le 4ème jour d’infection, une thérapie composée de deux inhibiteurs de la transcriptase inverse, d’un inhibiteur d’intégrase, et d’un inhibiteur des protéases du VIH qui permet aussi de potentialiser les effets des autres drogues. L’administration précoce visait à limiter la dissémination virale et à réduire le nombre de « têtes/sites infectieux » à explorer, en dépit d’un rebond viral. En effet, en l’absence d’infection des cellules T CD4 du sang et des ganglions périphériques, on observe néanmoins un rebond viral indiquant l’établissement précoce de ces réservoirs dans d’autres organes. Par cette approche, et après isolation des lymphocytes T, notre étude montre qu’une fraction des lymphocytes T CD4 est porteuse du virus. La population est composée de cellules T mémoires, en particulier une cellule nécessaire aux cellules B et à la production d’anticorps, appelée cellule T auxiliaire folliculaire. L’établissement de ces réservoirs est observé dans les tissus viscéraux que sont la rate et les ganglions mésentériques qui drainent l’intestin grêle (jéjunum et iléum) et le colon. La détection de rétrotranscrits précoces suggère également une production virale sous-jacente, en dépit d’une thérapie hautement active. Ainsi, l’identification de ces cellules représente un élément clef dans notre compréhension des réservoirs viraux et des approches thérapeutiques pour le Sida. Les perspectives sont immenses, car elles permettent d’imaginer de nouvelles stratégies capables de cibler ces tissus et plus spécifiquement ces cellules T, et de mieux comprendre les mécanismes d’échappement et d’émergence de résistance. De plus, du fait du rôle de ces cellules T folliculaires, cibles précoces du virus, des stratégies permettant d’empêcher leurs infections pourraient améliorer les stratégies vaccinales.

Ces études soutenues par un programme panCanadien sur le Sida (CanCURE, www.cancurehiv.org), les Instituts de Recherche en Santé du Canada, et par l’Agence Nationale de la Recherche sur le Sida et les Hépatites virales (http://www.anrs.fr/fr) s’intègrent à l’effort international pour rechercher les moyens d’éradication du virus du Sida.

 

Voir l'article ici

 

Please reload

Nouvelle publication du Codirigeant du Thème 2 de CanCURE, Jérôme Estaquier

December 2, 2019

New publication from CanCURE Theme 2 co-Leader Jérôme Estaquier

December 2, 2019

Journée mondiale de lutte contre le SIDA 2019: CanCURE poursuit ses efforts concertés en faveur d'une cure pour le VIH

December 1, 2019

1/2
Please reload

©2019 CanCURE

Follow

  • https://twitter.com/cancurehiv
  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White LinkedIn Icon